Hyper sollicitation numérique : ne laissons pas les notifications nous rendre fous !

Temps de lecture : 6 minutes
8/12/2017
L'APPS DE TEMPS

Plongée au coeur d'un phénomène récent à l'échelle de l'humanité : l'ère de la NOTIFICATION ! Email entrant, message texte, appel en absence, rappel de réunion, nouvelle interaction sur les réseaux sociaux.... elles sont partout ! Faisant de notre smartphone notre nouveau centre de gravité. De quoi la notification est-elle le nom? 

Drrr…. fui fuiiiittt... Bip… Vrooooo... De douces mélodies signant notre hyperprésence au monde, les notifications deviennent pour beaucoup un vrai cauchemar. Comment les gérer pour mieux vivre notre relation quotidienne au numérique ? Comment mettre une saine distance entre nous et notre 2e cerveau portable ? Enfin, si il est inenvisageable de renoncer aux nouvelles technologies, comment s'accorder par touche des moments de digital detox ? Plongée au coeur d'un phénomène récent à l'échelle de l'histoire de l'humanité, et qui nous concerne tous. 

 

La sur-consommation de notifications nuit à notre santé mentale...

Saviez-vous qu'en moyenne une personne consulte son smartphone 221 fois par jour ?!?

Et qu'est-ce qui nous ramène constamment vers notre GSM ? Je vous le donne en mille : les notifications ! Nous sommes constamment bombardés par ces stimuli sonores et visuels en provenance de notre smartphone. Des notifications de réseaux sociaux aux nouveaux messages en passant par les bip bip de nos applications, sans parler des alertes de boîte mail, ça ne s’arrête jamais ! TO BE OR NOT TO BE NOTIFIED, That's the (new) question...  

Mais alors, quel est leur impact réel sur notre concentration, et par voie de conséquence sur notre productivité ?

Une récente étude de la très sérieuse American Psychological Association l'affirme clairement : les notifications ont un impact important sur notre concentration. Plus précisément, une alerte d'application est aussi distrayante qu'un appel téléphonique, MÊME SI VOUS L'IGNOREZ ! Or, quand notre attention est interrompue, il nous faut 23 minutes en moyenne pour être capable de retrouver notre concentration, et donc nous replonger efficacement dans le travail.

Une étude menée en 2015 par Microsoft, auprès de 2000 Canadiens, a mesuré l'ampleur et l'impact de nos nouveaux comportements face à notre smartphone. Le verdict est sévère ! À force de zapper, de trier dans un flux permanent d'infos, les jeunes d'aujourd'hui accordent en moyenne 8 sec. à chaque nouvelle information, contre 12 sec. en 2000, pour juger de sa pertinence. A titre de comparaison, Microsoft rappelle qu'un poisson rouge peut rester concentré jusqu'à 9 sec.... Ça fait mal !

notification smartphone concentration productivité digital detox

Invité fin novembre dernier à animer un apéro-débat organisé sur le sujet par RH Performances et Want-Id, Nicolas Delbeke - gérant du planning en ligne Stopilo - va plus loin en posant le constat suivant :

A force d’être régulièrement interrompu, nos comportements changent. Et nous avons même tendance à nous interrompre tout seul. Les études parlent d'interruptions au rythme moyen de 4 minutes. C'est énorme ! Surtout dès lors qu'on réalise que ces "auto-interruptions" consistent à vérifier si nous n’avons pas reçu un nouvel email ou un nouveau message !

C'est dire qu'il y a là un véritable problème. Pourquoi ? Parce que notre cerveau a besoin de faire de nombreux efforts de contextualisation, et prend plus de temps à se reconcentrer. Nous ne sommes pas des machines ! Comme le précise Nicolas, toute la complexité du sujet est que notre rapport aux notifications est profondément ambigu :

Si nous sommes si accro aux notifications, il y a une raison profonde à cela. Elles nous permettent aussi de réduire notre anxiété et notre stress. Tout le problème, c'est qu'en contrepartie, elles diminuent notre efficacité au travail. Dans la mesure où elles interrompent sans cesse notre travail en cours, elles nous mettent en situation permanente de travail multitâches. Ce qui sollicite beaucoup notre cerveau. Et ne l'aide pas à retrouver aisément une capacité de concentration.

Des constats qui nous font penser à certaines analyses du philosophe - prospective Marc Halévy. Celui-ci nous invite à prendre de la hauteur sur la révolution numérique. Certes, la technologie nous ouvre des univers insoupçonnés, mais elle comporte aussi des dangers. Parmi ces dangers : la crétinisation de l'homme par la technologie. Un constat que les premiers à faire sont... les ex-employés de Google ou Facebook. Ça fait froid dans le dos, n'est-ce pas ? James Williams, ancien de Google, a récemment confié au journal Le Guardian que l’industrie de la tech est pour lui « la plus importante, la plus standardisée, et la plus centralisée des formes de contrôle de l’attention de l’histoire de l’humanité ».

Face à cette déculturation par le mauvais numérique, le prospectiviste Marc Halévy nous invite à nous libérer des technologies pour nous accomplir dans l'intelligence technologique. Décryptage : remettre les notifications à leur juste place - celle d'outils à notre service, et surtout pas l'inverse ! Ce qui revient à se poser la seule question qui vaille : en quoi et quand ai-je réellement besoin de notifications ? Au service de quoi les utiliser ?

Concilier vie réelle et vie digitale... le bon équilibre

 

Premier point : déculpabilisez ! Ce n’est pas de votre faute si vous succombez à la tentation d’une notification. Même en l'ignorant, même en ayant conscience qu’elle peut attendre… impossible de résister.

Des solutions simples existent ! Prenons le cas d’un chat d’entreprise. Jean se souvient qu’il a besoin du document de Maryse et, pour ne pas oublier, il lui envoie un message par chat. Sauf que Maryse travaille. Aujourd’hui il n’existe que deux solutions à Maryse : ON / OFF. Le problème du off, c’est que Maryse a peur de manquer un message important ! 

Cette situation n'est pas insoluble ! Maryse peut tout à fait mettre sa messagerie en indisponible pendant 30 min ; le temps dont elle a besoin pour rester concentrée sur ses tâches prioritaires. Jean peut toujours envoyer son message, mais Maryse sera informée du message quand elle sera disponible pour le traiter efficacement. En cas d'urgence absolue, il reste toujours la possibilité à Jean d'envoyer une alerte importante à Maryse. 

Bref, On responsabilise, au lieu de subir !

Première piste : bloquer les notifications de son smartphone ou de son chat, et fixer des créneaux dans la journée pour les consulter, les prioriser et traiter celles qui sont urgentes. Une fois finie, vous pourrez tout simplement vous reconcentrer sur votre tâche prioritaire et attendre le prochain créneau de consultations pour traiter vos notifications. Ce n’est pas un gain de temps direct mais indirect, car évitant à votre cerveau de contextualiser sans cesse les informations qu’il reçoit.

Deuxième piste : n'hésitez pas à faire de ce sujet un objet d'échange interne au sein de vos entreprises. Quelles bonnes pratiques et quelles règles se donner au sein de son organisation pour mieux gérer collectivement les notifications ? Quid d'une charte commune qui indiquerait les plages horaires précises auxquels chaque collaborateur s'engage à se tenir disponible pour répondre aux sollicitations de ses collègues, de ses clients ? Il s'agit là de mettre en place des codes partagés. Vous verrez, cette méthode aura un impact direct sur la productivité, et vous verrez rapidement les résultats.

On vous invite à visionner ce TEDx de Tristan Harris - ex-ingénieur informatique qui a pris la porte de Google. Aujourd'hui, il lance le débat sur la manière dont les technologies – au premier rang desquelles celles développées par les entreprises de la Silicon Valley – manipulent notre attention, notre temps, nos choix... dans le seul but de nous garder le plus longtemps possible sur leurs interfaces.

 

Enfin si vous n’arrivez vraiment pas à dire “stop” aux notifications, on vous conseille vivement de télécharger les applications Offtime ou Flipd qui bloqueront les stimuli de votre choix sur les périodes de votre choix.

Et si vous tentiez la digital detox ?  

Régler notre rapport aux notifications devient un véritable enjeu professionnel. Mais le sujet se rejoue aussi dans notre vie personnelle. Avouez : qui ne s'est pas déjà laissé happé en plein moment de détente avec ses enfants ? à table avec des amis ?

La bonne gestion des notifications, c'est aussi le bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Fabienne Bregy, responsable projets digitaux & marketing chez Digital Collab, a expérimenté la digital detox pour vous ! Oui oui, le temps d'une soirée, elle a osé l'impossible : couper la sonnerie de son portable ! Et forte de cette expérience positive, Fabienne nous invite à nous poser les vraies questions :

Pour réduire ces notifications, j’ai décidé de faire des choix. Qu’est-ce qui était le plus important ? Les alertes WhatsApp ou les courriels de mes collaborateurs ? Les dernières actualités du Monde ou les SMS de l’école de mon enfant, de la direction, de mon mari ? Quels étaient les contacts à prioriser ? Et quel délai était envisageable avant de répondre aux personnes importantes.
digital detox notification smarphone productivité

Ses conseils :

  • faire le tri dans les applications de son smartphone, et déterminer celles qui sont importantes, ou pas,
  • prendre le temps d'entrer dans les paramètres généraux de ses applications / de son smartphone / de sa boîte mail... Et introduire des règles et codes pour la réception de notifications. Autrement dit, ne pas se contenter des réglages par défaut.
  • se fixer des délais raisonnables pour répondre aux multiples sollicitations, afin de sortir du dogme de l'immédiateté !

Bilan pour Fabienne :

Maintenant, je m’octroie une demi-journée de délai pour répondre aux courriels, je sais qui me contacte et si c’est important rien qu’à la sonnerie de mon téléphone. Je ne suis pas dérangée toutes les deux minutes, je me concentre mieux. Enfin, et c’est le plus important, je suis productive et sans stress. 

Retrouvez le témoignage intégral - et les astuces - de Fabienne Bregy dans son bien nommé article "Notifications : j’allais voir si je pouvais vivre sans tout cela !". Enjoy !

Vous aussi, vous devez gérer un planning d'interventions avec des ressources externes ? Vous en avez marre d'Excel ?

Téléchargez l'étude de cas complète et découvrez le témoignage de Sébastien.

Super ! Merci pour votre inscription.
Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné...

Je m’abonne à la newsletter du blog Stopilo

Une fois par mois, je profite d’un moment de répit. Que des infos qui vont me faire du bien - Zéro Spam, juré !

Super ! Merci pour votre inscription.
Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné...

Un cadeau pour vous !

Télécharger gratuitement notre comparateur de planning, aussi sérieux... que drôle !

Super ! Merci pour votre inscription.
Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné...
Audrey Lefebvre

« Le temps n’attend pas. » Lénine

Révolutionnaire dans l’âme, j’adore dénicher les expérimentateurs, amateurs ou confirmés, qui font bouger le monde de l’entreprise. 

Mon microphone à la main, je vais à la rencontre des dirigeants de TPE/PME de France et de Navarre, et vous ramène des pépites 100% issues du terrain. Parce qu’à mes yeux, le conseil entre pairs est le meilleur qu’on puisse vous proposer !

Sur le même sujet

Le blog

Stopilo

Stopilo aide les chefs d’entreprise et managers à améliorer la gestion de leurs plannings. Mais la gestion du temps ne s’arrête pas là ! Notre blog vous aide à trouver des solutions pour en finir avec la pression. Astuces pour trouver les outils numériques qui vont simplifier votre quotidien, conseils d’experts pour ouvrir les possibles de l’entreprise grâce au digital, et témoignages de pairs qui osent de nouveaux modèles et innovent. Le blog de Stopilo vous aide à vous concentrer sur l’essentiel : vous, votre bien-être et celui de votre équipe. Bonne lecture.

Découvrir StopiloQui sommes-nous ?